Souvent, depuis son appartement de petit employé, Thomas contemplait en rêvant la ville et le grouillement des voitures, pareilles à des cellules folles. Et puis ses propres cellules à leur tour ont commencé une danse de mort, lui mettant le feu à la peau... Et Thomas a tenté de fuir une fausse existence, partagée entre sa compagnie d'assurances et un ménage sans amour. C'est dans le fracas d'un train, acier contre acier, que sa cavale - appel secrètement désespéré d'une autre vie - trouvera sa paradoxale et dérisoire apothéose.
Les jours en couleurs
Couverture
voir la couverture en :
néerlandais.
turc.

livre précédent Retour à la bibliographie livre suivant